Logo Budé OrléansAssociation orléanaise Guillaume-Budé

Mardi 19 avril 2016

REGARDS SUR LA GRANDE GUERRE :
FEMMES DE LETTRES SUR LE FRONT INTÉRIEUR

par Nicole LAVAL-TURPIN
professeur de Lettres classiques,
vice-présidente de notre association


Association orléanaise Guillaume-Budé

Le rôle que les femmes jouèrent dans une France désertée de ses forces vives, lors de la Grande Guerre, est connu : elles permirent à l’économie du pays de se maintenir, à l’usine et aux champs, changeant soudain de statut social, et assurant l’effort de guerre. On sait moins qu’elles s’orientèrent aussi vers une autre forme d’engagement : celui de l’écriture. À une époque où les journaux assuraient le lien entre le front et l’arrière, tout en veillant à maintenir, au prix de la censure, le moral de la nation, les femmes de lettres ont joué un rôle non négligeable, tant par leur élan patriotique que par leurs convictions pacifistes.

Ainsi vit-on se multiplier les poèmes, fictions romanesques ou dramatiques, articles, reportages et analyses, écrits par des femmes qui ne redoutaient pas le terrain et portaient sur le conflit un regard singulier, empathique ou critique, toujours en lien avec les réalités du quotidien.

Colette fut l’une d’elles, reporter pour divers journaux et revues en France et même en Italie. Mais son approche sensible, à hauteur d’homme, en fit un témoin précieux d’une mutation sans précédent de la société française. D’autres figures, militantes ou non, oeuvrèrent dans le même sens. Aujourd’hui bien oubliées, elles méritaient une mise en lumière, que fera pour nous Nicole Laval-Turpin, professeur de Lettres classiques, vice-présidente de notre association.

Nicole LAVAL-TURPIN, docteure en littérature, professeure honoraire de Lettres classiques au lycée Pothier d'Orléans, a déjà prononcé plusieurs conférences pour notre association :

Pour des raisons de santé, la philosophe et historienne Mona Ozouf ne pourra assurer la conférence qu’elle devait donner ce mardi 19 avril.
Nous essaierons, dans la mesure du possible, de reprogrammer cette conférence lors de notre prochaine saison